Lettre de la SCELF

Pourquoi-GaimanLa Société Civile des Editeurs de Langue Française a envoyé un courrier aux Maires des Villes de France pour pour que les lectures à voix haute de livres soient déclarées et que des droits soient payés à la SCELF. Ce courrier inquiète de nombreux bibliothécaires qui se servent de cette action pour mettre en valeur des textes, des auteurs…

L’association des Bibliothécaires de France, alertée par ses adhérents a demandé un rendez-vous la semaine prochaine : espérons que la valorisation des textes par les bibliothèques soit reconnue d’utilité littéraire !

Elisabeth C.

Publicités
Cet article, publié dans Le livre et les bibliothèques, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Lettre de la SCELF

  1. lapetitebib dit :

    Ce n’est pas une nouvelle charge potentielle, mais plutôt une charge existante dont les bibliothèques n’avaient pas coutume de s’acquitter… Si je ne m’abuse la déclaration SACD est obligatoire pour toute lecture à voix haute.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s